Vacances, conseils pour en profiter : une trousse à pharmacie adaptée à ses besoins

Vacances, conseils pour en profiter : une trousse à pharmacie adaptée à ses besoins

Comment rester vigilant en prenant soin de sa santé et de celle de ses proches, quand la période des vacances invite au relâchement ? Un bon réflexe consiste à prévoir une trousse à pharmacie vraiment utile. Outre les traditionnels pansements, médicaments contre la douleur ou le mal des transports, ou encore la diarrhée du voyageur, il s’agit surtout :

  • de garder l’accès à ses médicaments quotidiens (notamment en cas d’asthme de l’enfant) ;
  • et de se préparer à d’éventuels risques locaux, au premier rang desquels les maladies pour lesquelles il n’y a pas de vaccin (dengue, chikungunya, zika…).

Afin de partir serein, le principe est d’anticiper ses besoins, en fonction :

Asthme, diabète, hypertension et autres maladies traitées au quotidien : s’équiper pour maintenir son traitement

La perte des repères quotidiens (une nouvelle chambre d’hôtel, un rythme de vie modifié, des conditions sanitaires inhabituelles…) peut entraîner des oublis dans le respect de son traitement.

Or, les maladies chroniques nécessitent une grande régularité dans la prise du traitement.

Il convient donc avant tout de prendre ses précautions avant le départ :

  • en prévoyant suffisamment de médicaments pour la durée du séjour (décalage horaire inclus), voire un peu plus (dans l’hypothèse d’un retour retardé) ;
  • en gardant sur soi les documents médicaux utiles (ordonnance de votre médecin en dénomination commune internationale et adaptée à la durée du séjour, attestation médicale relative aux stylos injecteurs, seringues et aiguilles – traduite en anglais si besoin) ;
  • en anticipant les conditions de transport des médicaments et du matériel. Dans les pays très chauds ou au contraire très froids, un contenant isotherme pourra être indispensable selon la nature du médicament, notamment lors de déplacements en voiture.

Lors des voyages en avion, les médicaments sont transportés en cabine dans les bagages à main. Les médicaments qui supportent les variations de température peuvent quant à eux être placés dans les bagages en soute. Attention toutefois à en garder suffisamment avec soi en cabine, pour parer à une éventuelle perte de bagages !

La trousse contiendra par ailleurs des médicaments contre les allergies connues.

Se prémunir des piqûres et morsures de nuisibles

Avec les balades en nature, le risque d’être exposé aux insectes et nuisibles augmente au cours des vacances. Parmi eux, les moustiques requièrent une vigilance particulière. Ils peuvent en effet être porteurs de maladies non prévenues par des vaccins : chikungunya, dengue, maladie à virus Zika, fièvre du Nil occidental, paludisme, filariose lymphatique.

Dans les zones où les moustiques sont présents, la trousse de base contiendra donc :

  • un répulsif cutané (en cas d’application de crème solaire, attendre 20 minutes avant de le mettre) ;
  • un insecticide (perméthrine ou association deltaméthrine + transtétraméthrine) sur les toiles de tentes, les tissus et vêtements par application au moyen d’un spray ou par trempage.

D’autres animaux associés à certains milieux naturels peuvent également être une source de risques. En forêt, les tiques infectées peuvent transmettre par leur morsure plusieurs agents pathogènes (virus et bactéries) pour lesquelles il n’existe aucun traitement préventif. C’est le cas de la maladie de Lyme – ou borréliose. Il s’agit avant tout de se vêtir de la manière la plus couvrante possible. De plus, la trousse à pharmacie contiendra ;

  • un tire-tique (vendu en pharmacie) indispensable pour retirer au plus vite les tiques attachées à la peau. Pour les tiques nymphes, l’utilisation de tire-tiques de petite taille est recommandée ;
  • éventuellement des répulsifs contenant du DEET, à appliquer sur les parties découvertes de la peau et des répulsifs contenant de la perméthrine, à appliquer sur la face externe des vêtements.

À noter : ces deux types de répulsifs sont contre-indiqués chez la femme enceinte et le petit enfant.

Enfin, si les morsures de serpent sont plus rares, il peut s’avérer utile de s’équiper d’un stylo d’adrénaline injectable en cas d’allergie au venin.

À noter que le kit anti-venin est inutile car inefficace ; il retarde souvent la prise en charge.

Plus courantes, les plaies entraînées par les morsures de chiens et chats, par les piqûres de guêpes, abeilles frelons et bourdons et, dans une moindre mesure, par les rongeurs et les méduses, peuvent également être anticipées. Quelques produits de première urgence doivent permettre une prise en charge rapide en cas de morsure ou de griffure :

  • une solution antiseptique à usage local (chlorhexidine, de préférence en spray ou en lingettes car les flacons pouvant s’ouvrir pendant le trajet), à appliquer rapidement ;
  • un pansement stérile, pour recouvrir la plaie ;
  • un antalgique de type paracétamol en cas de douleur.

Lire aussi : Comment préparer sa trousse de médicaments pour partir en voyage ?